Les défis de la certification internationale des produits électrotechniques

De nombreux fabricants en Europe (UE) ont élargi leur gamme de livraison ces dernières années et ont commencé à internationaliser ou à mondialiser leurs activités.

Accès au marché international UE = Global

Les fabricants sont parfois entravés par des défis jusque-là inconnus.

Si la mise sur le marché de produits électrotechniques dans l’UE était réglementée de manière uniforme par les lignes directrices qui s’appliquent dans toute l’Union européenne, les défis dans les autres pays sont divers.

Cela commence par le fait que, contrairement à l’UE, il existe une certification dite obligatoire dans de nombreux pays et que la déclaration de conformité CE du fabricant précédemment connue n’est pas reconnue.

Mais même dans des pays ou des zones économiques tels que l’EAEU (Union économique eurasienne), qui sont basés sur les règles de l’UE, une marque obligatoire (marque EAC) est requise sur les produits, qui ne peut être délivrée que par des organismes accrédités. Cependant, il est basé exclusivement sur des tests dans un laboratoire d’essais accrédité. Les résultats d’essais d’un laboratoire du fabricant qui n’est pas accrédité selon ISO 17025 ne peuvent et ne doivent pas être utilisés.

Au sein de l’UE, il n’existe aucun fournisseur de services d’essais et de certification qui serait en mesure d’attribuer indépendamment la marque EAC. En raison des exigences légales, un prestataire de services de certification basé dans l’EAEU doit toujours être impliqué. Selon les exigences, des rapports de test peuvent être utilisés pour cela, qui ont été créés par des laboratoires de test européens accrédités selon ISO 17025 (si nécessaire, bien sûr, par des laboratoires de test correspondants en dehors de l’UE). Cependant, il peut également être nécessaire dans des cas exceptionnels d’utiliser un laboratoire dans l’EAEU (par exemple pour les produits radio).

Noter: Étant donné que le marché est dans le Union économique eurasienne est un marché très important pour de nombreux fabricants, j’y apporterai ma propre contribution.

Dans d’autres pays, des symboles ou des certifications distincts sont requis pour la sécurité et la CEM. Un pays typique pour ce type d’approche est la Corée. Pour le domaine CEM, en Corée la RRA (Agence nationale de recherche radiophonique). Cela a à son tour 2 processus différents, qui sont utilisés en fonction du produit. Les produits qui ne contiennent pas de composants radio sont uniquement enregistrés auprès du RRA. À cette fin, des rapports de test CEM valides qui reflètent les conditions nationales (par exemple, tests 60 Hz) sont essentiels. Cela fonctionne de manière simple lors du choix du bon fournisseur de services d’inspection, car dans l’UE, certains d’entre eux ont droit à des rapports d’inspection pour le RRA via un soi-disant MRA (Mutual Recognition Agreement) entre l’UE et la Corée. Inscription créer. Cependant, cela ne s’applique que tant que le fabricant et l’usine de fabrication des produits électrotechniques se trouvent dans l’UE. Dès que le siège du fabricant ou l’installation de production se trouve en dehors de l’UE, l’ARM ne s’applique plus. D’autres chemins doivent alors être empruntés ici. L’un d’eux est l’émission d’un rapport de test CB (plus de détails à ce sujet plus loin sous le sujet « Accord de certification IECEE CB »). Pour les produits avec des composants radio, en revanche, il existe un Attestation requis par la RRA. Ici, il est généralement nécessaire d’avoir des rapports d’essai rédigés en Corée. Un MRA, qui permettrait aux centres de test européens de créer des rapports de test correspondants qui sont reconnus en Corée, n’existe pas (encore) entre l’UE et la Corée.

L’Afrique du Sud possède également cette certification distincte de différentes organisations pour la sécurité et la CEM. Une particularité ici est que seuls certains laboratoires d’essais sont agréés pour le domaine CEM, tandis que dans de nombreux autres cas dans le domaine de la certification internationale via des accords internationaux (par exemple l’ILAC MRA ou l’EA), la reconnaissance des rapports d’essais CEM des laboratoires d’essais européens est possible. Globalement, il y a z. Actuellement, seulement 50 laboratoires, dont seulement 2 en Europe (en janvier 2021), qui sont reconnus par les autorités sud-africaines. Tous les autres sont en Asie ou aux USA. Cela garantit des laboratoires occupés et, si nécessaire, des temps de test plus longs, qui doivent être pris en compte lors du lancement du marché international en Afrique du Sud.

Il convient également de noter qu’un produit peut devoir être considéré différemment dans différents pays en ce qui concerne l’exigence de certification. Il existe souvent des listes ou des catégories spéciales de produits qui sont considérés comme faisant l’objet d’une certification. Vous devez les respecter strictement.

D’autre part – la Chine est un exemple typique de complexité – un même produit peut être soumis à la certification ainsi qu’à une exemption de celle-ci. Quelle est la différence? La question de savoir si le produit est utilisé exclusivement à des fins commerciales ou s’il peut être acheté par des « consommateurs moyens ». Cela dépend donc en partie même du concept de vente dans le pays respectif dans lequel vous souhaitez vendre vos produits. En cas de doute, une dérogation à l’exigence de certification peut également être confirmée par écrit dans certains pays pour présentation aux douanes. Il s’agit d’un service payant qui peut faire économiser à un entrepreneur des coûts de certification élevés et des coûts de suivi pour les inspections d’usine. Cela peut également fonctionner si vous n’êtes pas sûr d’une exigence de certification pour un certain produit.

Une particularité est à noter en ce qui concerne le marché nord-américain, c’est-à-dire les États-Unis et le Canada. Ces deux pays ont des normes de sécurité différentes de celles de la plupart des autres pays du monde. Alors que dans ce que l’on appelle le « monde IEC », les normes mettent fortement l’accent sur l’évitement ou la prévention des risques électriques (entre autres), de nombreuses normes en Amérique du Nord sont encore fortement axées sur les risques d’incendie. Les exigences s’écartent donc très fortement des normes connues en Europe. Même si de plus en plus de normes sont harmonisées avec celles du monde IEC aux USA et au Canada, les exigences en matière de protection incendie s’ajoutent souvent aux déviations nationales. Les instituts d’essais qui s’y trouvent veillent également à ce que les composants individuels soient également certifiés par l’organisme de certification. Dans le cas contraire, il existe un risque de coûts élevés pour la co-évaluation de ces composants au cours de la certification.

Enfin, sur un sujet qui est un élément important pour de nombreuses entreprises sur la voie du marketing international, le soi-disant Procédure OC .

En principe, la procédure CB concerne le fait que les résultats de test créés par un laboratoire de test constituent la base de la certification dans un pays cible. A cet effet, un rapport d’essai dit CB pour le produit est créé par un laboratoire d’essai, l’organisme de certification associé (Body A) crée à cet effet un certificat dit CB. Avec ce certificat CB et le rapport d’essai CB associé, le produit est soumis à la certification auprès de l’organisme local de certification (Body B) dans le pays de destination. Habituellement, sans autres tests, le certificat local du pays cible est ensuite délivré sur la base du rapport de test soumis. Cependant, la procédure peut également permettre à l’organisme de certification de demander un ou plusieurs échantillons d’essai.

Cependant, ce processus de mise en œuvre est lié à un certain nombre de conditions qu’il n’est pas toujours facile de mettre en œuvre. Je voudrais juste souligner les plus importants ici :

  1. L’organisme de test initial et l’organisme de certification délivrant le certificat CB (organisme A) doivent être répertoriés pour le produit lui-même ou la norme de sécurité associée dans la procédure OC comme « délivrance/reconnaissance = I/R ». Dans le pays cible, l’organisme de certification doit au moins être répertorié pour le produit comme «reconnaissant = R» dans la procédure OC. Il ne suffit donc pas que le centre d’essais et l’organisme de certification participent en tant que tels à la procédure OC. Cette exigence de base doit d’abord être vérifiée lors de la sélection du laboratoire d’essai.
  2. Il faut vérifier s’il existe des écarts dits nationaux par rapport à la norme applicable au produit pour le pays cible. Si nécessaire, ceux-ci doivent également être vérifiés et documentés par le laboratoire effectuant les tests.
  3. Pour les composants importants pour la sécurité (par exemple, interrupteur d’alimentation, cordon d’alimentation, prise d’alimentation et autres composants du circuit dit d’alimentation, qui est directement connecté au réseau d’alimentation) et qui sont utilisés dans le produit à certifier, des certificats CB distincts et les rapports d’essai correspondants doivent généralement être disponibles.
  4. Des caractéristiques spéciales concernant les différentes tensions et/ou fréquences du secteur dans le pays cible peuvent devoir être prises en compte lors des tests par le premier laboratoire de test. Les pays Japon, Corée et Arabie Saoudite (cette liste n’est pas exhaustive) sont à considérer de manière particulièrement critique. Là, il est nécessaire que certains tests soient effectués avec les tensions et fréquences du secteur qui y règnent.

Si ces conditions ne sont pas remplies, les documents soumis peuvent être rejetés ou des tests dits supplémentaires dans le pays cible ou par le laboratoire qui a créé le rapport de test original sont nécessaires. Les deux sont associés à des coûts supplémentaires et, dans certains cas, à une perte de temps considérable lors du lancement sur le marché.

En général, on peut dire que de nombreux organismes de certification souhaitent ou doivent effectuer régulièrement une inspection dite d’usine sur les sites de production du fabricant après avoir obtenu leur propre marque de certification. Cela va d’une fois par an à quatre fois par an. Cela dépend également en partie du produit lui-même ou de l’expérience des inspections d’usine précédentes dans l’installation de production.

Si vous jetez un œil à ce bref aperçu du monde de la certification internationale, vous constaterez qu’il peut être intéressant de confier à un expert connaissant ces enjeux l’obtention de certificats internationaux.

Du Auteur de cet article connaît tous ces aspects grâce à plus de 30 ans d’activité dans ces domaines.

Si vous avez des questions ou besoin d’un accompagnement dans vos projets d’homologation internationale, n’hésitez pas à le contacter.

Auteur : Heiko Sattler
Contact

GDPR Cookie Consent with Real Cookie Banner